Une relance par les sols

En ces temps de « relance » que l’on voudrait être verte, voici un bon investissement : un rapport de 1 à 30. Il s’agit de restauration des sols. L’ONU et ses filiales, FAO et PNUE, en charge de l’alimentation et de l’environnement, ont rendu public le 3 juin un rapport sur la restauration des sols dans le monde. Rappelons que nous sommes dans la décennie onusienne pour la restauration des écosystèmes.

Pour en finir avec l’écologie punitive : l'écologie offensive

Il est souvent reproché à l’écologie d’être punitive. Il est interdit de, faut pas, la nature se venge, etc. C’est une tendance fréquente, hélas, qui dérive d’une autre tendance, l’écologie défensive. La planète est en danger, il faut la défendre, créons des ZAD, zone à défendre. En fond de décor, le principe de précaution, les études d’impact et toutes les procédures préalables à toute initiative. De quoi en décourager plus d’un, et susciter une révolte.

Le solaire nouveau est arrivé

Il n’est pas encore vraiment arrivé, mais il se prépare et présente de sérieux espoirs. La « relance » pourrait-elle l’occasion de rapatrier, au moins en partie, la fabrication de cellules er de modules photovoltaïques ? Une bonne manière de faire que le monde de demain soit différent de celui d’hier. L’occasion est réelle, mais il reste à transformer l’essai. De nombreux acteurs européens montent des projets, qui exploiteront les nouveautés technologiques issues de la recherche européenne, et notamment française. Des avancées qui vont permettre d’améliorer la productivité des cellules de 25% environ, et même, pour certaines encore en phase de recherche, d’atteindre 30%, presque un tiers de l’énergie solaire recueillie transformée en électricité.

Il n’est de richesse que d’hommes

« La démographie est une traduction et une fonction du dynamisme d’un pays développé, que ce soit en matière de main d’œuvre abondante et bien formée, d’inventivité et de créativité en matière de recherche, d’adoption de nouveaux processus de production » nous dit François Bayrou, en introduction d’une note du Haut-commissariat au Plan rendue publique le 16 mai dernier. Qu’il y ait un lien entre l’évolution d’une population et son dynamisme économique et social, personne ne le contredira. Mais ce lien est sans doute bien plus complexe que ce que laisse entendre le Haut-commissaire au plan. Et tant mieux, car dans la perspective de la stabilisation de la population mondiale, on ne voit pas comment les pays les plus développés pourraient s’exonérer de l’effort de maitrise de la natalité. Chaque nouveau-né « occidental » pèsera beaucoup plus sur les ressources de la planète qu’un petit bengali ou nigérien. Il faut bien sûr que la fécondité baisse sensiblement dans les pays « du Sud », mais l’injonction vaut aussi pour ceux « du Nord ».

La force des émotions

La sensibilité est le moteur de l’intelligence, disait Paul Valéry. A condition de ne pas se laisser submerger par les émotions. La sensibilité nous dit vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, mais n’attendons pas d’elle qu’elle nous dise comment faire, quel chemin explorer pour y parvenir. C’est justement là que l’intelligence doit prendre le relai.