Culture, valeurs

Sens

Avec le mot Sens, nous sommes à la fois dans la philosophie et la vie pratique. Un bon mot pour entrer de plain-pied dans une réflexion sur le développement durable.

Un mot qui compte double, car il recouvre deux mots identiques, d’origines différentes. Une racine latine, sensus, qui fait référence au sensoriel et à la signification, et l’autre germanique, sinno, qui signifie direction. Merci le petit Robert ! Curieusement, ces deux mots convergent parfois : le sens de l’histoire est-il sa signification, ou la direction qu’elle emprunte ?
Le mot sens a plein de sens différents, et tous ont un sens vis-à-vis du développement durable. Quelle chance ! Prenons-en quelques-uns.


Il y a les 5 sens. Notre corps. Ils sont notre joie de vivre, notre lien avec les autres, avec la nature. Ils nous alertent en cas de danger, ils nous donnent du plaisir, mais il faut aussi les respecter, leur offrir un cadre où ils peuvent remplir pleinement leur fonction. Satisfaire la vue avec de beaux paysages, en ville ou à la campagne, l’ouïe avec le chant des oiseaux et la musique, le goût avec une alimentation savoureuse, l’odorat qui vous met en appétit, ou vous rappelle des souvenirs anciens, et le toucher, qui vous guide et offre le contact avec les autres et avec les choses. Des sens à ne pas décevoir avec des spectacles indignes, des bruits assourdissants, une nourriture insipide, des odeurs à provoquer des haut-le-cœur, ou l’interdiction que la Covid nous fait de serrer la main d’un ami. L’intégrité du corps humain, les 5 sens, un passage obligé pour le développement durable : "Les êtres humains sont au coeur des préoccupations relatives au développement durable" (Déclaration de Rio, article 1). Ne fabriquons pas un monde hors de portée de nos 5 sens.
Il y a le sens de nos actions. Donner du sens à nos activités, à notre travail, à notre vie. C’est une revendication qui monte ces temps-ci. Le travail pour le travail n’a aucun sens, sauf au pays du sapeur Camember. Bien sûr, il faut gagner sa vie, mais attention à ne pas « perdre sa vie à la gagner », comme le dit l’adage. La critique de la société de consommation, au moment où l’humanité approche, et a même dépassé, les limites de la planète, remet au premier plan le quête de sens. Pourquoi faire ? A quoi ça sert ? Là encore, le développement durable n’est pas loin, pour le bon usage de nos ressources, et notre équilibre mental.
Et puis, il faut faire sens. Apporter de la cohérence à un projet, une action, une ambition au lieu de la laisser aller dans tous les sens, et de se retrouver sens dessus dessous, ou sens devant derrière.
Le sens nous renvoie parfois à l’instinct, ou à des dispositions personnelles. Le sens du rythme, le sens de l’humour, le sens pratique, le sens du jeu. Autant de qualités qui affectent notre vie quotidienne, mais aussi la manière dont nous voyons le monde. Le sens de l’anticipation, de l’abstraction, permettent de mieux appréhender l’avenir, et d’adopter des attitudes proactives, au lieu de subir les évènements.
Il y a le sens du poil. Attention à ne pas caresser le chat dans l’autre sens. Une image utile à tous ceux qui veulent convaincre : caressez vos interlocuteurs dans le sens du poil, ça donne parfois de bons résultats. Le sens figuré nous permet de faire des analogies bien commodes pour comprendre ce qui se passe, ou comment ça pourrait se passer. Il offre des libertés que le sens propre refuse, au nom d’une rigueur d’interprétation bien utile au demeurant. La compréhension mutuelle se constitue sur le sens des mots, qui doit être le même pour tous. C’est le sens commun, qui va d’ailleurs bien au-delà des mots, et touche également nos conceptions, notre regard sur les choses.
Le sens de l’histoire et le bon sens ayant déjà fait l’objet de notes dans ce dictionnaire du développement durable, finissons ce tour d’horizon non exhaustif par le fameux 6e sens. Totalement immatériel, il nous donne des idées, il nous alerte, il produit des intuitions toujours intéressantes mais qui doivent être vérifiées avant d’être prises pour argent comptant. C’est l’imaginaire, des visions improbables mais qui ouvrent le champ du possible, nous font découvrir d’autres mondes. Le 6e sens est le dernier de la liste, mais il est loin d’être le dernier par son importance dans nos vies. Last but not least.
Le sens est omniprésent, et prend des formes variées. A la fois les pieds sur terre et l’irréel, le corps et l’esprit, le présent et le futur. L’écoute des sens, de tous ces différents sens, nous donne la direction. Puisse-t-elle être celle du développement durable.

Photo : Solstice Hannan - Unsplash

Mots-clés: mode de vie, émotion, état d'esprit, futur

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé